Prisonniers d'un jeu mortel, votre seul espoir de vous en sortir est de finir le jeu Sword Art Online. Seul hic : vous pouvez vraiment mourir.


Comme quoi, se reposer, ça peut faire du bien ! [Ft. Sen'ken]
avatar

Caractéristiques
Niveau: 2
Expérience:
1044/1395  (1044/1395)
Friendlist:
Solo Player
Solo Player
Qazea
Messages : 122 |  Date d'inscription : 19/03/2015 |  
Posté le : le Dim 12 Avr - 16:51
Nous étions le premier jour, le soir de l'ouverture d'Aincrad. L'annonce mortelle avait été faîtes il y a quelques heures. Depuis, j'avais chassé un sanglier d'un niveau supérieur au mien et avait failli y rester. J'avais déjà planifier quelques petites choses à faire pour demain, comme la réalisation de ma première quête - Quête qui me ferait monter au niveau deux – ainsi que de quelques achats. J'avais failli périr ce soir, du fait de mon manque de résistance. Quelques points de résistances seraient la bienvenue.

Perdu dans mes pensées, je n'avais pas vu le temps passer, ainsi que la fatigue montée. J'en fus le premier surpris. Je n'étais, en tant normal, jamais fatigué. Et depuis quand un avatar éprouvait de la fatigue ? Malgré tout ces doutes, je décidai d'arrêter ma chasse au sanglier et de rentrer en ville. Je passais devant les magasins pour vérifier si un quelconque équipement pouvait m'améliorer, mais ma statistique d'agilité était encore trop basse.

Je pris ensuite le chemin traversant plusieurs ruelles pour en accéder à une plus grande que ses congénères. Une petite auberge était présente. Je réservai une chambre et pris un petit repas plutôt simple pour préserver mes cols. Je me rendis ensuite à la salle commune. Toutes les tables étaient prises, sauf une seule. Je m'assis à celle-ci et consultai mes éventuels messages privés.
avatar

Caractéristiques
Niveau: 1
Expérience:
75/718  (75/718)
Friendlist:
Joueur
Joueur
Sen'ken
Messages : 156 |  Date d'inscription : 30/03/2015 |  
Posté le : le Lun 13 Avr - 12:12
Dans la "vraie vie", de "l'autre côté", "IRL", ou bien appelez ça comme vous voulez, Genki avait pris l'habitude de noyer sa stupeur, sa colère, son bonheur ou tout autre sentiment extrême dans l'alcool. Les bars en tous genres étaient les fidèles alliés des grands moments, ceux qui permettaient de mieux digérer une nouvelle qui a du mal à passer, ou de célébrer comme il se doit un bel événement. Et d'avoir une bien bonne gueule de bois le lendemain.

Sauf que bizarrement, les choses ne se déroulaient pas dans le bon sens aujourd'hui. Sen'ken avait l'impression d'être dans un lendemain de soirée difficile depuis l'annonce de Kayaba. Chancelant, pas sûr de lui, n'ayant plus vraiment de repères et galérant à faire le point dans sa tête, à penser de manière rationnelle, il n'était pas dans un état de grande fraîcheur. 

Ils étaient visiblement à l'abri au sein des villes ; c'est au dehors de leurs murs que le danger se situait. Ainsi, en ce premier jour, il n'était pas question de mettre un pied dehors. Cela viendrait sans doute, mais avant tout, il fallait réaliser. Chercher à comprendre aussi, même si ce qui se passait échappait à toute logique. Se rendre compte, et prendre possession de cet univers dans lequel ils étaient tous retenus captifs, comme des lions en cage.

En début de soirée, le vieillard se dirigea vers la taverne qui l'inspirait le plus dans le dédale des ruelles. "Yahamaneck", c'est ici qu'il noierait ses peines ce soir. La bière avait-elle seulement une saveur ici ? Ou un quelconque effet enivrant ? Si la réponse était négative, le séjour du cinquantenaire dans ce bas-monde allait s'annoncer étonnamment long.

La salle était déjà bien remplie, de nombreux joueurs ayant de manière logique cherché refuge dans un point de chute réconfortant, chaleureux. Après avoir commandé sa bière, sans toutefois avoir osé la goûter, par peur d'être déçu, Sen'ken se dirigea vers l'une des tables les moins bondées, où seul un jeune homme, l'air serein, se tenait. Il était à peine adulte. En temps normal, Genki l'aurait abordé avec un "Alors mon p'tit puceau, comment ça va ?", mais il n'était pas certain que ce langage soit approprié ici. Pas pour le moment en tous cas.


- Hé bien mon p'tit, autant j'arrive à déceler la détresse qui habite tous nos p'tits potes sur les tables d'à côté, autant toi, je te trouve calme. Alors trinquons à ta sérénité en ce jour sombre !

Mêlant les gestes à la parole, Sen'ken souleva sa bière, et trinqua de manière imaginaire avec son interlocuteur.
avatar

Caractéristiques
Niveau: 2
Expérience:
1044/1395  (1044/1395)
Friendlist:
Solo Player
Solo Player
Qazea
Messages : 122 |  Date d'inscription : 19/03/2015 |  
Posté le : le Sam 18 Avr - 19:18
J'étais perdu dans mes pensées. Je ne savais même pas si j'avais envie de rester dans ce jeu ou de le quitter. Je me devais de devenir plus fort pour protéger mes amis et les joueurs qui avaient peurs de se battre. Simultanément, ma vie était un enfer. Mes parents me détestaient depuis l'incident avec mon frère et j'avais perdu toute motivation. Je ne sortais que pour les cours, travaillais le strict nécessaire et ne m'amusait plus. Au fond, être dans un jeu de rôle, n'est-ce pas tout ce dont je n'avais jamais rêvé ?

Alors que j'étais totalement perdu dans mes pensées, un homme vint m'accoster. D'âge avancé, il devait avoir plus ou moins la soixantaine. Le fait qu'un homme d'un tel âge soit dans Sword Art Online m'aurai rempli de joie en temps normal, les jeux vidéos auraient alors été un endroit d'échanges entres divers époques et diverses cultures. Mais le fait qu'il soit là dans Sword Art Online me remplissait de malheur : son âge ne lui permettait pas d'êtr agile et endurant, ce qui ferai de lui une cible incroyable pour les players killers. Il me dit qu'il me trouvait calme et trinqua.

- Je vous remercie pour votre sollicitude, mais je n'ai pas encore commander. Enfin, je lève mon prochain verre pour vous.

Effectvement, je n'étais pas un grand habitué de l'alcool et ne m'étais pas encore décidé à commander. Je regardais le vieil homme et m'apprêtais à lui expliquer la cause de ma quiétude, mais me rappella que la plus part des personnes ici présentes me détesterai. Seuls les personnes à forts caractères sont capable de ne pas détester les bêta-testeurs.

- C'est à dire que… J'ai toujours été doué dans les jeux de rôles. Pas au point de dire que ça m'arrange, mais… disons que ça ne me dérange pas d'être piégé ici.

HRP:
Désolé du temps de réponse, je ne savais pas du tout comment faire réagir Qazea face au caractère poignant de Sen'Ken.
avatar

Caractéristiques
Niveau: 1
Expérience:
75/718  (75/718)
Friendlist:
Joueur
Joueur
Sen'ken
Messages : 156 |  Date d'inscription : 30/03/2015 |  
Posté le : le Lun 20 Avr - 0:29
Lorsqu'il trempa ses lèvres dans le breuvage d'houblon, Sen'ken ressentit une immense joie. Le bonheur de boire une bière ici était identique à celui que lui procurait ce genre de consommation de l'autre côté, dans le monde réel. Avec un peu de chance, il pourrait même retrouver les effets d'alcool s'il vidait plusieurs verres. Un bon moyen d'oublier quelque peu le merdier dans lequel il avait été foutu de force.

Le jeune gars que Genki avait abordé était terriblement serein. Etrangement calme. Pas plus inquiété que ça par ce qui leur était tombé dessus. Entendant qu'il allait lever son prochain verre en son honneur, le cinquantenaire se dit que ce n'était pas une si mauvaise personne que ça.


- Pas la peine d'attendre ! Tavernier, sers donc un petit remontant à notre ami, même s'il n'en a visiblement pas besoin.

Sen'ken avait crié sa demande au PNJ qui gérait l'établissement, peu soucieux du bruit qu'il pouvait provoquer.
"Ca ne me dérange pas d'être ici". Cette phrase, l'Allonge n'était pas convaincu de bien la comprendre. Quel genre de personnes pouvait ne pas crever d'envie de retrouver la réalité. De retrouver un monde dans lequel on ne s'extasie pas en buvant une bière virtuelle, et où les seules choses dont on se soucie réellement sont le taux de rémunération de son livret épargne et la météo du lendemain. Les gens devaient se résigner à jouer le jeu macabre de l'Aincrad, mais on ne leur demandait en aucun cas d'accepter leur destin. Pouvait-on vraiment se résigner à vivre ici après quelques jours seulement ? Sen'ken cherchait à se convaincre que la découverte d'une technologie de pointe suffirait, dans les prochains jours, à les réveiller de ce mauvais rêve qui avait déjà trop duré.

Toutefois, le moment n'était pas propice à l'énervement, au questionnement, au débat d'idées. Le tavernier avait apporté la bière demandée, et Sen'ken décida donc de trinquer réellement cette fois-ci. Levant son verre pour le faire cogner contre celui du jeune adulte, il déclara, non sans ironie :


- Hé bien alors trinquons à cette captivité qui te convient ! Et à ce zoo ambulant dans lequel on cherche à nous apprivoiser ! Et ayons une petite pensée pour nos congénères en liberté.

HRP:
Pas de soucis !
avatar

Caractéristiques
Niveau: 2
Expérience:
1044/1395  (1044/1395)
Friendlist:
Solo Player
Solo Player
Qazea
Messages : 122 |  Date d'inscription : 19/03/2015 |  
Posté le : le Dim 10 Mai - 18:48
Je vis le visage de mon interlocuteur se décomposé puis sourire dès qu'il trempa ses lèvres dans le saint breuvage. Vu son état, la boisson devait être ressenti comme dans la vraie vie. Vu que les informations étaient directement envoyés au cerveau, le sentiment d'engourdissement de l'alcool devait également être réel. Et quoi de mieux que l'oubli dans l'alcool au bout de quelques verres pour noyer son chagrin ?

Néanmoins, moi, je n'en avais pas besoin. J'étais serein et calme : j'étais un bêta-testeur, et j'avais, de ce fait, la connaissance de certains bugs pouvant être exploités. Je n'avais presque aucune chance de mourir. Et je le savais. Le cinquantenaire me souria quand je dis que je lèverai mon prochain verre en sa personne. Peut-être se disait-il que je n'étais pas si différent de lui finalement.

Il cria que je n'avais pas besoin d'attendre et demanda au Tavernier un second remontant pour moi. Le tavernier était un PNJ, naturellement, mais qui ressemblait à un homme à la fleur de l'âge. Barbu et brun, il devait avoir environ trente ans. Plutôt bel homme, mais … qui n'est pas réel. Il regarda mon interlocuteur d'un air las. Avait-il été programmé dans le but d'avoir déjà côtoyer divers soûlard ? Je ne pus m'empêcher de sourire : le joueur en face de moi ne se donnait même pas la peine de commander aurpès des serveuses d'un âge similaire au mien. Il me dit de trinquer pour cette captivité qui me convenait ainsi que les autres humains en vie. Je trinquais avec lui avant de reprendre la parole.

- Pas que ça me convient, mais… Disons que rien ne m'attendant de l'autre côté. À la liberté !

Après tout, qui n'avait jamais rêver d'être un héros de jeux vidéos ? Après tout, oui, on avait des chances de mourir. Mais la vraie vie n'était-elle pas tout autant dangereuse ? Le moment n'était pas aux débats mais au festivité, et tapotai le siège à côté de moi en m'adressant au joueur.

- Et si on faisait un peu connaissance ?
avatar

Caractéristiques
Niveau: 1
Expérience:
75/718  (75/718)
Friendlist:
Joueur
Joueur
Sen'ken
Messages : 156 |  Date d'inscription : 30/03/2015 |  
Posté le : le Jeu 14 Mai - 23:18
C'était un drôle de jeune homme que Genki avait face à lui. Un jeune qui avait déjà perdu l'envie de croquer sa vie à pleines dents. Ou tout du moins, qui pensait qu'il serait en mesure de le faire ici, dans ce monde virtuel. Dans ce jeu réaliste, ah ça oui, mais qui ne pouvait pas sonner autre chose que creux. Faux. S'il appréciait plus que tout le fait de savourer cette bière qu'on lui avait servi, d'en ressentir l'ivresse et la fraicheur, le vieillard se refusait à considérer qu'il vivait dans l'Aincrad les mêmes choses que dans la "vraie" vie. Les joueurs étaient perdus, coupés de la réalité, naviguant en mer par tempête, mais il devait s'accrocher à ce qu'ils avaient, à leurs souvenirs qui tel un phare leur empêcherait de sombrer dans l'oubli ici. Un ersatz de vie ne valait rien pour le cinquantenaire. Un plaisir illusoire ne lui suffisait pas. Il aimait les jeux vidéo plus que beaucoup d'autres choses quand il était de l'autre côté, du bon côté. Mais maintenant, il s'en voulait d'avoir perdu autant de temps devant des mondes imaginaires, devant des amas de pixels coupant les gens de leur réalité. Genki était prêt à tout, à absolument tout, pour retourner de l'autre côté. Et pour faire en sorte qu'un maximum de gens sortent d'ici avec lui. Plongés dans un coma, ils devraient tous se battre pour en sortir. Et se serrer les coudes pour rester en vie.

S'il aurait voulu expliquer tout ça au jeune homme qui lui faisait face, le secouer, le confronter, Sen'ken vit bien que ce n'était pas le moment. A quoi bon aller faire ch*** quelqu'un qui, finalement, souffrait moins que lui à l'idée d'être coincé ici. Qui ne s'inquiétait pas de laisser son corps pourrir, sans vie.


- Alors à la liberté...

Il avait murmuré sa réponse, le regard un peu perdu. Il se demandait sérieusement combien de personnes n'étaient pas désespérées par le merdier dans lequel Kayaba les avait embourbés. Etait-il le seul à en souffrir, à être révolté, à avoir continuellement envie de crier l'injustice de ce qu'on leur faisait subir ? Y avait-il beaucoup de jeunes qui, finalement, se laissaient convaincre que ce n'était pas si horrible que ça d'être ici ? Que ce jeu, cet univers, valaient mieux que le le monde du travail, que les villes dans lesquels ils s'entassent ? Qu'on leur offrait ici l'opportunité d'être "plus" qu'un employé administratif ou un restaurateur ? Qui sait ...

L'Allonge fut sorti de ses songes par son interlocuteur, qui l'invitait à s'asseoir à ses côtés, désireux d'en savoir plus sur Genki. Retrouvant le sourire et buvant une grande gorgée du précieux breuvage qu'il avait entre les mains, l'homme à la barbe blanche accepta l'invitation qui lui était faite et accepta de jouer le jeu :


- Mouais, faisons ça. Je suis "Sen'ken". Tout du moins, c'est comme ça que j'ai l'habitude de me faire appeler dans ce genre de "jeu"...

Le vieillard ne put s'empêcher de marquer une pause. Il était amer. Un "jeu" ? Et quel jeu. Il reprit.

- En tous cas, j'ai pas l'intention de me laisser moisir ici. Ca ferait trop plaisir au déglingué pervers qui doit être en train de tâcher son caleçon rien qu'en nous voyant galérer ici.
Et toi, t'es qui mon p'tit ? T'aurais mieux fait de célébrer avec tes potes l'apparition de tes premiers poils sur le torse plutôt que d'ouvrir ce foutu boitier.
Contenu sponsorisé
Posté le :
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum